L’approche humaniste

Mon approche est humaniste, courant créé principalement sous l’impulsion du psychologue américain Carl Rogers. Il part du principe que chaque personne a une tendance innée à vouloir réaliser pleinement son potentiel.

L’approche centrée sur la personne (ACP) est une méthode de psychothérapie dont Carl Rogers est le fondateur. Il a dédié sa vie à la recherche des conditions optimales du cadre thérapeutique, facilitant l’émergence du potentiel des personnes et de leur processus de guérison.

J’ai choisi une orientation humaniste parce que cette approche reconnaît la capacité du client de prendre lui-même conscience de ses difficultés, de les comprendre et de trouver les solutions qui l’amèneront vers une vie plus riche et plus authentique. Le thérapeute est au même pied d’égalité que le client et est un guide qui sera présent avec le client, l’aidera à voir plus clair dans son cheminement, lui apportera de l’information pertinente et lui donnera le support nécessaire dans son processus personnel.

Par la thérapie, je vous invite à prendre ou reprendre contact avec différents aspects de la personne que vous êtes réellement. Dans un climat d’acceptation et de respect, vous pourrez en venir graduellement à mieux vous connaître et vous comprendre, à mieux identifier ce dont vous avez besoin pour vous épanouir et à trouver des façons de combler ces besoins.

Carl R. Rogers
Carl RogersConsidéré comme l’un des plus grands noms de la psychologie du XXème siècle, Carl R. Rogers est le fondateur de l’Approche Centrée sur la Personne (ACP). Toute sa vie durant, ce psychologue, enseignant, auteur, chercheur, s’est interrogé sur les paramètres entrant en jeu dans les relations interpersonnelles. A l’origine, le travail de Rogers s’effectue dans le domaine de la psychothérapie. Après une formation classique de psychologue (doctorat), ses résultats obtenus au sein d’une équipe à orientation psychanalytique ne le satisfont pas. Ce constat l’amène à enregistrer et analyser plusieurs centaines d’entretiens, afin de découvrir « ce qui aide vraiment « . C’est ainsi qu’il met en évidence trois « conditions nécessaires et suffisantes » au processus thérapeutique, mais aussi à tout échange relationnel : L’empathie, la congruence et la considération positive inconditionnelle. Carl Rogers ajoutera une quatrième condition à la fin de sa vie : la qualité de présence.

Les conditions qui vont faciliter le processus :

L’empathie
La capacité de vraiment comprendre celui qui parle, de voir le monde comme il le voit.
Et formuler de façon explicite cette compréhension, en vérifiant si elle correspond bien à ce qui est exprimé.

La congruence
L’authenticité, la sincérité du thérapeute, son état d’accord interne (paraître ce qu’il est).

La considération positive inconditionnelle
L’accueil dénué de tout jugement face à l’expérience intérieure vécue.